Le Pacy


extrait du concert par Laurence D.


Résumé de la soirée par Danielle

 

CONCERT DU 13 NOVEMBRE 2003

AU PACI D'ISSY LES MOULINEAUX

 

Eh! bien voila, c’est fini, ce matin j’ai encore des étoiles plein la tête et dans le cœur et déjà la nostalgie de cette magnifique soirée. Je vais essayer de vous raconter avec le plus détails possible ce concert.

 Nous sommes arrivés vers 20 heures, comme la salle était ouverte, nous sommes entrés, il n’y a pas grand monde, on nous conduit à nos places, nous sommes au 2ème rang, très près de la scène. Je prends le fauteuil en bordure d’allée, pensant naïvement que je pourrai mieux m’approcher de la scène à la fin du concert pour au moins toucher la main de Daniel.

L’heure s’avance, la salle est pleine. Après un speech de M. le Maire d’Issy les Moulineaux et de  deux représentants des associations organisatrices, le concert va pouvoir commencer.

Pour l’instant la scène est dans la pénombre, il y a un synthé tout au bord de la scène à gauche, à côté un piano, puis un micro sur pied, complètement à droite un autre clavier, et derrière, les percussions, la batterie, une guitare et une guitare basse. Dans la pénombre, on peut voir les musiciens qui prennent leur place, la scène s’allume, la musique démarre, et sous un tonnerre d’applaudissements, voilà Daniel qui entre, chemise framboise, pantalon blanc, chaussettes et baskets blanches, et sans plus tarder il entame entre parenthèses (à ce moment là j’ai pensé à ceux qui n’avaient pu venir et qui  aussi pensaient à Daniel et à nous, les chanceux, et c’était comme si nous étions tous réunis autour de Daniel). Ensuite il a enchaîné sur un matin au synthé, après je ne sais plus bien l’ordre des chansons, . Quand il a chanté Lonelie toute la salle chantait avec lui, à un moment, il s’est arrêté de chanter nous laissant seuls continuer la chanson, il n’en revenait pas de voir qu’on la connaissait par cœur, “quel plaisir disait-il”. Quand il a commencé à chanter, ici et maintenant, debout au bord de la scène, tous les gens qui étaient au fond de la salle se sont approchés, tout le monde chantait et tapait des mains, un vrai délire, c’est là aussi que j’ai perdu tout espoir de pouvoir lui serrer la main (lol), tout le bord de la scène était squatté. Daniel a chanté aussi une chanson de Steewie Wonder en s’accompagnant au piano, magnifique et bouleversant, rien à envier à l’original. Après , si je me souviens bien, il y a eu les yeux au ciel, et là surprise ! Daniel se lève du synthé, part en courant vers le fond de la scène, vire le batteur et prend sa place et nous fait un super numéro de batterie, c’était  génial, ensuite il revient en nous demandant, “ça vous a plus mon petit morceau de batterie ? “, les applaudissements crépitent. La chemise framboise commence à être trempée. Daniel  nous dit “Voulez-vous une surprise ?”,  évidemment tout le monde dit oui, alors Daniel s’éclipse et laisse la place aux musiciens. Celui qui était au clavier a interprété une chanson en anglais, et croyez-moi, ça déchirait. Daniel est venu les rejoindre, cette fois vêtu tout de blanc, avec sur le devant de la chemise des petits morceaux d’étoffe brodés de fils d’or. Il s’est installé au synthé, en nous demandant “Vous voulez que je vous chante mon blues ?”, et il enchaîne sur le mal du temps, puis ce fût jolie bergère, l’enfant  et enfin tout le monde à chanté avec lui debout, avec les briquets et les cadrans de portables allumés L’envie d’aimer. Voilà c’est la dernière chanson, Daniel salue, tape dans les mains des fans qui se sont approchés de la scène (les boules pour moi (lol). : - ) ), puis il sort de scène avec ses musiciens. Premier rappel, il revient avec les musiciens, et nous chante si singulier pluriel, applaudissements, saluts, Daniel repart, tout le monde tape des pieds, 2ème rappel, les revoilà, et Daniel au piano, nous chante loin du monde. Et voilà cette fois c’est bien la fin, Daniel , entouré de ses musiciens (il les dépasse tous d’une tête), saluent le public, après nous avoir remercié, il s’en va. Cette fois c’est pour de vrai, la salle se rallume, la scène retourne dans la pénombre, et mon cœur aussi.

Ce concert était vraiment sensationnel. Comme à son habitude, Daniel a réinventé chacune de ses chansons, se laissant aller à l’improvisation selon son inspiration du moment, ce qui fait que chaque concert de Daniel est un moment unique parce qu'il ne fait jamais deux fois le même spectacle.

Le 14/11/2003

Danielle .

Les chansons

 

Entre parenthèses                                                              L’Enfant

Un matin                                                                        Une chanson de Stevie Wonder

Jolie Bergère                                                                    L'envie d'aimer

Change rien                                                                    

Infime                                                                            En rappel :

Ici et Maintenant                                                              Si singulier pluriel

Lonelie                                                                           Loin du monde

Les yeux aux ciel

Les histoires

Elle est soleil

Le mal du temps


retour concert